Pierre Fraser

Sociologue / Université Laval

L’apparence que je veux


image_corporelleNe plus subir son corps, comme ce fut le cas depuis la nuit des temps. Pouvoir enfin, vraiment, le façonner, le transformer, le rectifier. Voilà le rêve, déjà en cours de réalisation. L’extraordinaire expansion de la chirurgie esthétique le confirme. Mais on n’a pas toujours conscience de l’ensemble qu’elle forme avec les techniques de pointe, les mutations de la médecine et les métamorphoses de l’individu. Pourtant, à sa manière, l’histoire de la chirurgie esthétique liée à celle du début du XXe siècle, préfigure les enjeux actuels.

Grâce aux progrès de l’anesthésie dès la première moitié du XIXe siècle et ceux de l’asepsie et de l’antisepsie en 1860-1870, les corrections d’oreilles décollées et de nez se multiplient, mais c’est bien la Première Guerre mondiale et son tragique cortège de «gueules cassées» revenues des tranchées qui imposera la création d’unités de chirurgiens maxillo-faciale. C’est là que toute une génération de chirurgiens à orientation d’abord plus plasticienne qu’esthétique développeront leurs techniques. Mais c’est aussi à ce moment qu’apparaît le lifting, dont Sarah Bernhardt sera l’une des premières bénéficiaires en 1911. La tragédienne n’hésite pas à traverser l’Atlantique pour se faire opérer à Chicago. La Société française de chirurgie plastique naît en 1931. Et à mesure  que les techniques se perfectionnent, les interventions se font plus de plus en plus précises et personnalisées. Elles se répartissent aujourd’hui en un grand nombre de possibilités à la carte.

Entre-temps, ce qui aura changé n’est pas le désir très ancien d’imitation d’un modèle ou le rêve, immémorial, de changer d’apparence, Ce sont les moyens d’y parvenir. Désormais, c’est sous la peau qu’on intervient. La partie se joue en profondeur, les métamorphoses touchent la substance. On raccourcit là, on allonge ici, on gonfle ailleurs… Georges Vigarello, historien spécialiste de l’histoire de la beauté, le confirme : «Les sociétés ont toujours créé des artifices. Au XVIe siècle, les femmes se plâtraient le visage avec de la céruse et du mercure, aux effets dévastateurs. Mais jamais on n’avait, comme aujourd’hui, été aussi loin dans la transformation de la chair.» À coups d’implants, d’injections, d’os rabotés, de Botox, de silicone ou d’acide hyaluronique, on façonne le corps dont on rêve, celui qu’on n’avait pas. Ou celui qu’on veut conserver malgré les injures du temps.

Car la plupart des nouveautés médico-scientifiques retrouvent sur ce point les plus archaïques espérances : effacer les effets de l’âge, combattre le vieillissement, la décrépitude, l’affaissement – l’usure qui enlaidit. Il s’agit de refuser le vieillissement. Se fabriquer un corps sans changement, inaltérable, insensible aux ans, toujours en forme, toujours le même et toujours plus beau. Effacer tout ce qui marque, tout ce qui conserve mémoire du temps écoulé – voilà l’horizon ultime. Pour certains, il s’agit même « à travers ces interventions de rechercher une chirurgie de la personnalité par ‘physique interposé’ ». Parvenir à neutraliser les effets du temps, à immobiliser le corps dans un éternel présent – tel est le but suprême. Somme toute, ce qui change, c’est de pouvoir ne plus changer car, pour la première fois, on peut se convaincre que ce ne sont plus des rêves. Bientôt, ce corps immuable, contrôlé, remodelé, sera réalité. Cette «révolution du corps» est liée à l’allongement effectif de la durée de la vie, aux thérapeutiques nouvelles proposées par la médecine, à l’amélioration sociale du suivi médical et des hygiènes de vie. On va y retrouver les nanotechnologies, et découvrir quelques modifications des individus, déjà en cours mais encore inaperçues.

Source : Humain. Une enquête philosophique sur ces révolutions qui changent nos vies.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 909 autres abonnés

%d bloggers like this: